Leminence.fr

Graphisme, musique, séries TV, romans...
Une touche de culture Web & Pop en quelques articles.

Les clips de Chris Cunningham

Les clips de Chris Cunningham

Le clip en forme d'oeuvre d'art

Chris Cunningham fait partie de cette génération d'artiste à avoir élevé le clip musical au rang d'oeuvre d'art. Il aurait pu faire carrière auprès des plus grands cinéastes, surtout lorsque l'on sait que Stanley Kubrick l'avait choisi pour monter l'enfant-robot de AI (le film repris et raté par Spielberg). Chris Cunningham travaille alors en tant que concepteur d'effets spéciaux pour des films tels que Judge Dredd ou Alien. Plutôt tourné vers les représentations d'horreur et de science-fiction, Chris Cunningham gardera cette patte dans la réalisation de ces prochains clips.

Car Chris s'imagine derrière une caméra, à diriger ses propres oeuvres visuelles et mettre en scène son univers et ses sculptures. Il fera ses gamme pour le compte d'Autechre, mais c'est auprès d'Aphex Twin qu'il va s'illustrer grâce à 2 clips totalement déjantés et dérangeants : Come to Daddy et Windowlicker. Pour ceux qui ne connaissent pas Aphex Twin, je ne peux que vous conseiller son travail. Vous comprendrez aisément les points communs dans l'univers de ces deux artistes. Avec Come to Daddy, attendez-vous à nager dans le surréel angoissant d'une cité abandonnée et glauque. Vous noterez surtout à quel point la musique et l'image se complètent à merveille. C'est bien là ce que recherche Chris Cunningham : sublimer la musique afin de servir une oeuvre visuelle à part entière. La mise en scène soignée fait entrer le clip dans l'ère du court-métrage et du cinéma.

Windowlicker est encore un clip plus hilarant que le précédent mais le surréalisme guette...Je vous aurais prévenu.

Quittons ces montages flippants pour s'offrir un moment de poésie avec le clip de Björk : All is full of love. À l'époque, outre l'incroyable qualité de l'album de l'artiste Islandaise, on se souviendra de sa flopée de clips tous aussi magnifiques les uns que les autres. Après ceux de Michel Gondry (Bachelorette, Joga), on se souviendra longtemps des effets spéciaux mettant en scène deux robots immaculés à l'effigie de Björk. S'enlaçant au gré de la musique envoûtante de ce titre d'Homogenic, l'illusion est parfaite.

Avec le clip 36 Degrees de Placebo, Chris Cunningham joue à nouveau avec le mouvement de ses protagonistes sous l'eau. Déjà testé avec le clip Only You de Portishead (désolé, je n'ai pas trouvé de vidéo de qualité pour illustrer cet exemple), le voici qui récidive, avec un peu moins de brio ceci dit. Si Chris Cunningham s'influence de la musique pour son travail, on peut comprendre qu'il n'ait pas été inspiré pour ce coup-ci. Mais à défaut de pouvoir vous montrer Only you, on se contentera de ça.

On ne pourra pas passer outre le clip de Madonna : Frozen, qui met en scène la demoiselle, affublée d'un costume de sorcière au beau milieu d'un désert. Avant de se bouger en roller sur du Dance-floor, Madonna aura eu sa période gothico-Emo lorsque la mode le voulait ainsi. Au final, le clip reste percutant et se détachera, à l'époque, pour la qualité de ses effets spéciaux. Mais bon...

On terminera avec Come On My Selector de Squarepusher, on retrouve l'ambiance malsaine de ces précédents clips teinté de dérision à faire rire jaune (désolé pour le mauvais jeu de mot). Un hommage aux films d'horreur japonais mais surtout une relation image/musique callée au poil !

Au-delà de cette sélection de clips, Chris Cunningham a réalisé quelques courts-métrages laissant libre court à son univers si particulier. On retiendra bien entendu Flex, projet monté pour le Royal Academy of Arts, ou encore Monkey Drummer réalisé sur une bande-son signée Aphex Twin.

Chris Cunningham s'illustre aussi dans le monde la pub, signant quelques spots pas piqués des hannetons. Tout le monde se souvient de cette campagne de pub pour la Playstation de Sony. Non ? alors un petit rafraîchissement s'impose.

C'est ainsi que se conclu cette courte rétrospective des clips de Chris Cunningham. Elle vous aura au moins permis de re-découvrir cet architecte du clip moderne ainsi que quelques artistes avec lesquels il a travaillé : Aphex Twin, Autechre, Madonna, Björk, Placebo...

Écrit par -

comments powered by Disqus