Leminence.fr

Graphisme, musique, séries TV, romans...
Une touche de culture Web & Pop en quelques articles.

Retour sur : Fuzzy de Grant Lee Buffalo

Retour sur : Fuzzy de Grant Lee Buffalo

Un album unique ?

Nous sommes donc en 1993 et la musique se porte à merveille. Quelques grands noms (à venir pour certains, confirmés pour d'autres) prennent leur envol, on pense à Björk qui sort Debut, Nirvana et In Utero, A tribe Called Quest sort Midnight Marauders, PJ Harvey avec Rid Of Me et (hélas), un des plus mauvais albums de David Bowie (Black Tie, White Noise). On pourrait en citer bien d'autres bien entendu mais voici un tour d'horizon très exhaustif de cette année musicale.

Et entre tout ce beau monde, sort le premier album du groupe Grant Lee Buffalo : Fuzzy. A sa tête : Grant-Lee Philips (très inspiré pour le nom de son groupe) qui chante et s'impose à la guitare, Paul Kimble à la basse et Joey Peters à la batterie. Avec Fuzzy, les membres du groupe commencent leur marche en avant sachant qu'ils sortiront leurs autres albums en 5 ans. Pour votre culture il s'agit de Mighty Joe Moon en 1994, Copperopolis en 1996 et enfin Jubilee en 1998.

Attardons-nous sur cet album que je considère comme le meilleur de l'aventure Grant Lee Buffalo. Côté son, on nage dans le Rock/Folk américain traditionnel agrémenté de quelques riffs distordus, de lignes de basses léchées et de rythmes de batterie balayés avec swing. Du grand classique me direz-vous ? Et bien oui...Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette recette fonctionne à merveille et la voix de Grant-Lee n'y est pas étrangère ! Les titres sont entraînants quoique construits de façon classique ; Ils véhiculent une grande énergie portée au gré des coups de Bottle neck de la guitare acoustique. On sent l'influence d'un Neil Young, d'un Johnny Cash voire d'un Bob Dylan à la sauce 90's et cela donne du pep's à un genre plutôt tranquille.

Les titres les plus accrocheurs sont sans nul doute : Fuzzy, The Shining Hour ou Jupiter and Teardrop. Ceci dit, le reste de l'album est très bon et reste dans ma discothèque une valeur sûre. On appréciera le morceau/boeuf Grace (non rien à voir avec Jeff Buckley dont l'album du même nom sortira l'année suivante). America Snoring aura pour effet de vous réveiller et de vous donner la pêche. Et pour les moins dynamique, Stars'n'Stripes vous comblera de sa balade classique.

Grant Lee Buffalo était très apprécié de Michael Stipe (REM) qui en tressait des louanges, en particuliers lors de la sortie de Fuzzy. Grant Lee Buffalo tournera en première partie de REM d'ailleurs ainsi que de Pearl Jam ou des Smashing Pumpkins. Le groupe s'est étiolé au gré de leurs albums jusqu'à se séparer en 1998. Grant-Lee Philips a continué une carrière solo plutôt prolifique, mais pour le coup, je ne pourrai pas vous dire si elle a été réussie, je n'ai pas suivi ses albums.

Bon allez, trêve de blabla, je vous laisse apprécier (ou non) ce premier opus de Grant Lee Buffalo : Fuzzy.

Écrit par -

comments powered by Disqus