Leminence.fr

Graphisme, musique, séries TV, romans...
Une touche de culture Web & Pop en quelques articles.

Lana Del Rey : la Belle arnaque ?

Lana Del Rey : la Belle arnaque ?

2 clips, 2 succès

La légende veut que Lana Del Rey se soit fait connaître grâce à deux vidéos diffusées en catimini sur Internet. Et pour cause, comment passer à côté d'une telle icône vintage, de cette bimbo tout droit sorti des années 50 d'une Amérique fantasmée ? Certes, la couverture est attrayante mais elle serait bien vide sans ce petit supplément d'âme : sa voix désarmante. Car ses 2 titres majeurs (sortis en EP) Blue Jeans et Video Games sont loin d'être des morceaux de music-hall au rabais. Lana Del Rey nous raconte une histoire, quelque part entre Bonnie and Clyde, Dick Tracy ou Al Capone : du gangster romantique et de la femme fatale, recette à succès qui revient à la mode. Sa voix vous transporte, comme une caresse, un souffle puis se transforme en plainte pour enfin reprendre de la vigueur. Un panel d'émotion qui se ressent bien plus sur ses live. Ses clips servent à merveille le personnage Lana Del Rey, entre minauderies de la belle et production vintage, façon Super 8 et pellicule cramée. Du classique, très classique même, mais qui fait l'effet escompté, à savoir donner consistance à la Bimbo. Je vous laisse apprécier le clip de Video Games.

Lana Del Rey : un personnage sur-mesure

Ne nous y trompons pas, Lana Del Rey ne s'appelle pas vraiment Lana Del Rey...Tout le monde s'en doute, la belle américaine se nomme en réalité Lizzy (pour Elizabeth) Grant. Se sont ses directeurs artistiques qui se sont creusés les méninges pour lui trouver un nom de scène en adéquation avec son style de musique et son look retro. En effet, Lana Del Rey et composé du prénom de l'actrice américaine Lana Turner et son nom est celui d'un modèle de voiture de Ford, la Del Rey donc. Après cette séance de brainstorming intense (on l'imagine), la jolie jeune femme a été lancée dans le grand bain. Et avec succès. Je parlais de ses deux titres phares, diffusés abondamment un peu partout, mais que dire des ses autres titres. Totalement passés sous silence, absent de son site officiel, de son myspace ou des sites de vente en ligne, on peut en trouver quelques uns sur Grooveshark, 11 morceaux postés par une certaine Lana Del Ray...Le personnage Del Rey n'était pas encore bien défini.

On pourra apprécier la qualité globale de ses titres en particulier Driving in cars with boys, Queen of the gas station ou Kill Kill. Une performance rassurante qui nous fait dire que Lana Del Rey n'est pas qu'un coup marketing étalé sur 2 titres, mais bien une histoire qui se poursuit sur 13 morceaux cohérents et charmeurs. Les thèmes abordés sont toujours les mêmes et créent une trame digne d'un roman à la James Ellroy : jeune fille en détresse, femme fatale, gansters en cavale, amour passionnés etc...Les ingrédient sont réunis pour faire de Lana Del Rey un personnage à succès. Moins spontanée et habitée qu'une Amy Winhouse (à qui on la compare trop souvent), on voit naître une icône de la scène rock/pop vintage avec la même fulgurance. Le plus intéressant reste à venir : à quoi ressemblera au final son album, jusqu'à quand le charme de son personnage agira et surtout, jusqu'où le mènera-t'elle ?

Born to die : le premier vrai album de Lana Del Rey

Fin janvier, le phénomène marketing Lana Del Rey sort enfin son album, le premier officiel de celle qui créé le buzz depuis un bon bout de temps. Autant dire qu'elle était attendue au tournant et qu'elle n'avait pas le droit à l'erreur.

Après pas mal d'écoutes, l'album est finalement assez inégal. Certains titres (pour la plupart déjà connus) sont efficaces et collent impeccablement au personnage (Video Games, Born to Die, Off The Races, Blue Jeans, Lolita...), alors que d'autres passent inaperçu. Ces derniers morceaux semblent comme hors de l'album, comme s'ils étaient des pièces rapportées, à tel point qu'on est en droit de se demander, parfois, si ces titres n'ont pas été ajoutés rapidement pour faire le nombre. Quels sont les morceaux siglés Lizzy Grant, quels sont ceux signés par ses producteurs, on ne le saura jamais. Je n'ai toujours pas compris, non plus, l'arrangement fait sur le titre Off the Races....

La Belle nous arnaque t'elle ? Je trouve que pour un coup marketing, le tout est assez maîtrisé mais il faudra un second album pour voir ce que vaut vraiment la marque Lana Del Rey. Comme un bon film de genre, son album ne laissera pas indifférent, mais pour ma part, il m'a laissé un petit goût d'amertume.

Lana Del Rey sur le net

Pour suivre les traces de la belle, je vous conseille les articles parus sur le site des Inrocks. Son site officiel, lui, ne présente rien de particulier mais on ne sait jamais. Par contre, arrêtez-vous sur son MySpace sur lequel on trouvera quelques news fraîches.

Écrit par -

comments powered by Disqus